Les cercles du pouvoir

Réalisé en 1657 par le graveur et peintre Johann Heinrich Schwyzer (1618-1673), le “Miroir perpétuel du Magistrat” ou Immerwährender Regimentsspiegel constitue un fascinant témoignage des valeurs dont se réclame la cité-république de Zurich au XVIIe siècle. L’œuvre combine le modèle du miroir des princes hérité du Moyen Âge avec des éléments de représentation du Bon Gouvernement développés au cours de l’époque moderne pour ériger Zurich en cité idéale dont le régime corporatiste garantit la préservation du Bien commun. Retour sur cet objet exposé aujourd’hui au Musée national suisse (Inv. LM 3611).

Couverture
Johann Heinrich Schwyzer, Regimentsspiegel aus dem Rathaus Zurich, armoire à deux vantaux, huile sur bois, 244 cm x 225 cm, 1657. Musée national suisse, Zurich, Inv. LM 3611.

Haut de 2,4 m et large de 4,4 m lorsque ses vantaux sont ouverts, le Regimentsspiegel recense acteurs, familles et institutions du gouvernement zurichois depuis 1498. L’œuvre représente les composantes du magistrat sous forme de disques de papier mobiles organisés en cinq cercles concentriques. Sur le disque central figurent les noms et armoiries des bourgmestres et principaux dignitaires de la cité; les disques du premier cercle énumèrent les maîtres de corporations, piliers d’un système politique fondé depuis 1336 sur la domination des guildes. Le deuxième cercle nomme les élus du Petit Conseil, assemblée de 50 membres détenant l’essentiel du pouvoir et dont les acteurs mentionnés sur le disque central sont issus. Le troisième cercle, composé comme le premier de douze disques représentant chacun l’une des corporations de la cité et d’un disque de diamètre légèrement supérieur où figurent les Constaffler issus de l’ancienne noblesse municipale, recense les élus du Grand Conseil, qui choisissent en leur sein les membres du Petit Conseil. Les disques des quatrième et cinquième cercles énumèrent les représentants de l’État dans les bailliages; dans les coins, quelques disques supplémentaires donnent les noms des secrétaires et administrateurs de la cité.

Le Regimentsspiegel montre que la structure du magistrat zurichois est conforme aux principes du Bon Gouvernement. Le système de cercles concentriques représente une institution collective harmonieusement ordonnée; aucun des 162 disques ne saurait être retiré sans mettre en péril la cohésion de l’ensemble. Comme les listes des conseillers et officiers peuvent être complétées au fur et à mesure des élections et des nominations sur les disques, la représentation de l’appareil d’État peut être actualisée en permanence. Comme le souligne la désignation “miroir perpétuel du magistrat”, Schwyzer veut célébrer le Conseil zurichois comme une entité politique pérenne, constamment revigorée par l’élection de nouveaux membres et ancrée dans une tradition remontant aux origines de la constitution corporative de la cité. À Zurich, dans une logique proche de celle régissant l’imaginaire de la Couronne de France, les conseillers sont mortels, mais le Magistrat ne meurt jamais.

Les choix symboliques de Schwyzer visent donc à mettre en image un ethos municipal bien particulier, celui du gouvernement collectif au sein duquel les citoyens les plus vertueux détiennent le pouvoir. Les armoiries reproduites sur les vantaux énumérant les membres du Conseil de 1657 rappellent ainsi que chaque Ratsherr tire sa légitimité de sa place dans les structures familiales et corporatives de la cité. Le fait que Schwyzer ait préféré les armes des conseillers à leur portrait confirme que l’individu compte moins que son appartenance à l’une des familles honorables de la cité, viviers de ces meliores prédestinés à la conduite des affaires publiques en raison de leurs vertus et de leur dévouement. Au travers de ses membres, dont l’élection a confirmé les qualités, le Conseil sert la communauté avec le Bien commun comme seule boussole.

Dans les cantons suisses, les formes collectives de gouvernement sont alors considérées comme les seules à même de prévenir la tyrannie et de garantir les intérêts de toute la communauté. Or, si cette vision du Bon Gouvernement n’est pas neuve, en réaffirmer la légitimité et l’efficacité s’avère crucial dans un contexte géopolitique européen caractérisé par la généralisation des États territoriaux gouvernés par un monarque, où le modèle “républicain” fait figure d’exception, voire d’anomalie. En célébrant le Conseil de Zurich en protecteur du Bien commun, le Regimentsspiegel s’inscrit ainsi résolument dans la tradition politique théorisée un peu moins d’un siècle plus tôt par Josias Simmler dans son De Republica Helvetiorum libri duo (1576), publié en réponse à la montée en puissance de l’idéal du monarque comme seul détenteur légitime du pouvoir.

Schwyzer ne manque pas de rappeler que cette forme de gouvernement est agréable à Dieu. En tant que berceau de la pensée zwinglienne, Zurich se pense comme la Nouvelle Rome, d’où rayonne la Parole de Dieu contenue dans les Écritures. Le Regimentsspiegel met en scène un magistrat qui s’inscrit dans l’ordre du Monde voulu par Dieu et dont les membres sont autant de fidèles guidés par la Parole dans l’exercice du pouvoir. Or, en 1657, rappeler que le magistrat bénéficie de la caution divine est plus important que jamais. Un an plus tôt, la cité a été vaincue par les cantons catholiques à la bataille de Villmergen, provoquée par Zurich et Berne afin de modifier à leur avantage un traité de 1531 restreignant la marge de manœuvre des cantons réformés dans les possessions helvétiques communes. Suite à la défaite, le magistrat tient à démontrer qu’il reste élu de Dieu, et l’œuvre de Schwyzer répond parfaitement à cette demande.

Le Regimentsspiegel reflète enfin la nouvelle notion de souveraineté qui se généralise dans l’Ancienne Confédération après la Guerre de Trente Ans. Jusqu’en 1648, Zurich fait partie du Saint-Empire romain germanique, même si la cité a acquis une large autonomie suite à la paix de Bâle de 1499, qui entérinait le refus des cantons suisses d’adopter les réformes promulguées par l’Empereur Maximilien Ier en 1495. La relation avec l’Empire évolue sensiblement avec le traité de Westphalie, qui concède « la pleine liberté et exemption de l’Empire » et, de facto, leur pleine souveraineté, à tous les cantons suisses. Ce changement est perceptible dans le premier vers du poème dédicatoire du Regimentsspiegel, où le placement à première vue étrange des majuscules permet un jeu de mots sur les patronymes des bourgmestres Johann Heinrich Waser et Johann Heinrich Rahn. L’expression Auf WAS ERhöchtem tRAHN – “sur le plus haut trône” – souligne que la souveraineté s’incarne dans les deux bourgmestres élus pour présider le Conseil et que le magistrat zurichois n’a pas de suzerain terrestre. En outre, le Regimentsspiegel ne comporte plus ni aigle bicéphale ni couronne impériale, pourtant omniprésents jusqu’alors aux côtés des armes zurichoises. Le modèle impérial, auquel les cantons suisses ont longtemps adhéré et où l’Empereur, souverain universel, accordait fiefs, libertés et privilèges à ses vassaux et garantissait la légitimité des magistrats et des princes, s’efface devant le concept nouveau de la souveraineté acquise grâce aux vertus des dirigeants et au combat de la cité pour ses libertés. Le Regimentsspiegel est une des premières représentations symboliques de ce changement de paradigme dans l’Ancienne Confédération.

Bibliographie sommaire

  • Fabrice Flückiger, “Le Miroir du Souverain. Le Regimentsspiegel de Johann Heinrich Schwyzer et le Bon Gouvernement à Zurich (1657)“, Bibliothèque numérique du républicanisme, Paris, CEDRE, 2019.
  • Thomas Maissen, Die Geburt der Republic. Staatsverständnis und Repräsentation in der frühneuzeitlichen Eidgenossenschaft, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006.
  • Rudolf Schnyder, Zürcher Staatsaltertümer. Der Zürcher Staat im 17. Jahrhun­dert, Berne, Haupt, 1975.
  • Rudolf Schnyder, “Zürcher Regimentsspiegel 1657”, in Dario Gamboni, Georg Germann et François de Capitani (dir.), Zeichen der Freiheit. Katalog zur Ausstellung Zeichen der Freiheit – Bild der Republik in der Kunst des 16.-20. Jahrhunderts, Berne, Stämpfli, 1991, n° 18, p. 139-140.
  • Josias Simmler, De Republica Helvetiorum libri duo, Zurich, Froschauer, 1576.
  • Lucas Wüthrich et Mylène Ruoss, Katalog der Gemälde. Schweizerisches Landes­museum Zürich. Zurich, Musée national suisse, 1996.

Les miroirs du magistrat

Dans son Regiment der loblichen Eydgnosschaft (1576), Josias Simler affirme que la meilleure forme de gouvernement est celle où les affaires publiques sont dirigées par un collectif dont les membres ont juré de se vouer au service de la communauté. Ce principe avait été défendu par nombre de penseurs, de Marsile de Padoue à Coluccio Salutati, suivis par des auteurs de l’époque moderne comme Paul Busius ou Christian Liebenthal, pour qui le « gouvernement de plusieurs », où le pouvoir est aux mains des citoyens les plus vertueux et les plus compétents, reste l’incarnation du Bon Gouvernement. Aux XVIe-XVIIe siècles, cet idéal civique où les membres de la communauté sont associés aux décisions importantes et où la protection du bien commun est assurée par un magistrat élu, garant des libertés et de la paix, anime notamment les villes libres d’Empire et les cités helvétiques.

À l’exemple de quatre cas représentatifs – Nuremberg, Ulm, Berne et Zurich – le projet “Les miroirs du magistrat” propose de reprendre à nouveaux frais la question des répercussions concrètes d’un ethos civique spécifique aux cités, inspiré par la redécouverte du droit romain et les réflexions des juristes, et qui se traduit dans une multitude de pratiques de la bonne gouvernance difficiles à théoriser car développées dans une expérimentation constante par des acteurs confrontés à la nécessité d’asseoir leur légitimité, de contrer les critiques envers le modèle du gouvernement des conseils et de résister aux appétits de puissances voisines. Le projet s’intéresse autant aux rituels civiques tels que les prestations de serment, les élections des magistrats et les consultations par le vote qu’à l’illustration des pratiques du Bon Gouvernement au travers de l’aménagement de l’espace urbain et de la production de représentations picturales ou littéraires de la cité comme ville idéale.

Le projet est financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, sous la forme d’une bourse PostDoc.Mobility.