Autres projets

Les disputes religieuses dans l’Ancienne Confédération helvétique

Au début du XVIe siècle, l’irruption de la Réforme dans l’Ancienne Confédération helvétique plonge dans le trouble les contemporains qui s’en remettaient jusque-là aux enseignements de l’Église romaine pour assurer le salut de leur âme. Plusieurs cantons suisses ont alors recours à la dispute, combinaison inédite entre discussion savante et procès public, pour tenter de restaurer l’unité religieuse : ce type de conférence apparaît aux gouvernements favorables à la Réforme comme un moyen adéquat pour déterminer, face à la remise en question des certitudes, qui détient la Vérité et ce qu’il convient de faire pour ne pas risquer la damnation éternelle. Zurich et Berne, mais aussi Genève ou les Grisons, convoquent ainsi le clergé au sein d’assemblées où les propositions réformées sont confrontées aux Écritures. C’est à cette forme inédite de controverse oratoire pensée par Ulrich Zwingli que j’ai consacré ma thèse de doctorat, soutenue en avril 2016. J’y montre comment les disputes sont mises en scène comme le dernier endroit où, grâce à la réunion des hommes de bonne volonté, prêts à se laisser guider par la Parole divine, la Vérité triomphera, permettant à la communauté de retrouver la paix et l’unité. Débat savant, acte politique, assemblée chrétienne, la dispute religieuse s’avère un observatoire unique pour comprendre comment les idées réformées ont pu s’imposer et ce que la Réforme a changé dans le gouvernement des cités, la production du savoir et la définition de la vérité religieuse. Les résultats de cette enquête ont été publiés dans plusieurs articles et dans mon livre intitulé Dire le vrai. Une histoire de la dispute religieuse au début du XVIe siècle et paru en 2018 aux éditions Alphil-Presses universitaires suisses.

Réformation et votations

Le projet « Réforme et votations », dirigé par Olivier Christin (Neuchâtel) et financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), examine la manière dont les communautés, villes et villages de l’Ancienne Confédération helvétique ont adopté ou rejeté les idées protestantes par le vote. Il décrit comment la règle voulant que toute décision importante soit soumise au vote des assemblées communales – un principe caractéristique de l’ethos politique helvétique fondé sur le « gouvernement de plusieurs » – a été mise au service du salut des âmes dans le contexte de la division religieuse. Le projet reconstitue les modalités des votes et met en lumière les défis posés par le recours au principe majoritaire dans les décisions portant sur la foi. Il donne une large place à l’identification des procédures, à la compréhension des conditions de la mobilisation politique et religieuse, ainsi qu’à la description des différentes manières dont les acteurs justifient leurs actions. Pour réaliser ces objectifs, le projet se fonde largement sur les méthodes de la digital history, la collecte et l’analyse des données se faisant au moyen du VRE symogih.org développé au Pôle histoire numérique du Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA). Ce système de gestion modulaire des données historiques permet de cartographier précisément le phénomène du vote dans les territoires helvétiques.

L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg

Paru dans plusieurs versions latines et allemandes entre 1657 et 1672, l’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg a durablement influencé la perception des sanctuaires mariaux ainsi que leur représentation dans les gravures et les peintures ultérieures. L’ouvrage porte un discours novateur inscrivant la dévotion mariale dans une approche scientifique des miracles chère aux jésuites qui fait la part belle à la démonstration historique et à une christianisation des cieux mettant l’astronomie au service de la foi. Avec Olivier Christin, Naïma Ghermani et Nicolas Balzamo, j’ai codirigé deux ouvrages consacrés à cette topographie sacrée qui a fait date : Marie mondialisée. L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg et les topographies sacrées de l’époque moderne (2014) et L’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg, édition et traduction (2015). Le premier volume réunit des contributions de chercheurs d’envergure internationale qui analysent les spécificités de l’ouvrage de Gumppenberg et étudient son inscription dans la pensée savante et les réseaux jésuites de la deuxième moitié du XVIIe siècle. Le deuxième volume propose une édition critique du texte original de la version publiée en allemand entre 1658 et 1659. Cette édition est augmentée d’un appareil critique permettant d’identifier les sources de Gumppenberg ; elle propose aussi une traduction en français du texte allemand – réalisée par moi-même et Laurent Auberson –, ainsi qu’un corpus iconographique destiné à montrer comment l’édition allemande illustrée de gravures s’inscrit dans l’« œil d’une époque », pour reprendre l’expression de Michael Baxandall.