Faire corps

Aux XVIe-XVIIe siècles, la cité se veut un tout irréductible à la somme de ses parties, dont la destinée s’inscrit dans le Plan divin. Avec l’adoption de la Réforme, les processions qui quadrillaient l’espace urbain disparaissent et le serment ne se prête plus au nom des saints, mais rites et représentations permettant de « faire corps », de dépasser les conflits qui marquent le microcosme urbain et de faire exister la fiction politique d’un magistrat au service de tous les citoyens conservent toute leur importance.

Les rites, dont le déroulement est précisément codifié car le respect du Verfahren constitue la garantie de la légitimité d’une élection, d’un vote ou d’un serment, nourrissent une recharge symbolique qui recrée périodiquement l’unité d’une cité peuplée de citoyens partageant des valeurs et un destin commun. La prestation de serment est l’une des cérémonies les plus significatives à cet égard. À Ulm, où le serment mutuel a conservé plus qu’ailleurs son caractère de contrat entre les citoyens et leur magistrat, le Schwörhaus bâti en 1618 rend visible en permanence dans l’espace urbain le rite scellant la conjuratio qui fait exister la cité en tant que communauté. Depuis la tribune d’apparat, le bourgmestre jure au nom du Conseil de servir la cité et reçoit la promesse de fidélité des citoyens ; la cérémonie perpétue l’existence du corps politique en inscrivant ses acteurs dans un réseau d’obligations mutuelles qui forme le ciment de la communauté. Si à Nuremberg, ou à Berne, le serment prend davantage le caractère d’une déclaration d’allégeance des citoyens au Conseil, la cérémonie n’en reste pas moins essentielle dans la construction et la mise en scène de l’unité de la cité.

Nombre de motifs iconographiques soulignent l’importance de la préservation de l’unité et viennent renforcer le propos contenu dans les cérémonies civiques, comme par exemple dans le tableau réalisé en 1585 par Humbert Mareschet pour le Conseil de Berne et qui montre le roi scythe Scilurus sur son lit de mort, au moment où il rappelle à ses fils que seule l’union fait la force. La grammaire visuelle qui accompagne les rituels joue un rôle essentiel dans les stratégies visant à sublimer la cité comme persona ficta inscrite dans l’Histoire, dont les prétentions à l’autonomie sont légitimées par l’ancienneté de sa fondation, par l’octroi de privilèges et par le combat pour ses libertés. Au nombre des motifs les plus fréquents figurent notamment les allégories féminines ; citons, à titre d’exemple, la Respublica ornant le frontispice du recueil de lois intitulé Der Stat Nürmberg verneute Reformation (1564). Au centre, l’allégorie de la République, personnification de la ville que l’on reconnaît en arrière-plan, est entourée de Justitia, Pax et Liberalitas, qu’elle semble protéger, alors que Concordia se tient à ses côtés, comme si ces vertus ne pouvaient s’épanouir que sous le « gouvernement de plusieurs ». Notons que de nombreuses autres figures peuvent incarner la cité, comme les statues de bannerets qui, à l’image de celle qui fait face aujourd’hui à l’hôtel de ville de Berne, rappellent la capacité de la cité à défendre ses libertés. C’est donc aussi par les représentations visuelles qu’une ville, assemblage en apparence hétéroclite d’habitants aux droits divers et aux intérêts divergents, devient une cité unie par un destin commun.