La sagesse collective des “meliores”

Dans les cités-républiques des XVIe-XVIIe siècles, autonomie de gouvernement et préservation de la paix sont systématiquement célébrées comme les buts ultimes du magistrat. Pour les atteindre, les Conseils font du « gouvernement de plusieurs » le seul moyen de préserver le Bien commun, comme le montre par exemple le Regimentsspiegel réalisé par Johann Schwyzer en 1657. L’œuvre reflète la conception que le Conseil de Zurich se fait alors du Bon Gouvernement : les 161 disques disposés en cercles concentriques représentent les composantes du magistrat et énumèrent les noms des détenteurs des charges municipales, qui forment une entité collective. Empruntée à une symbolique du pouvoir princier bien connue, la structure en cercles montre que le magistrat forme un tout existant par la réunion de ses membres, qui eux-mêmes ne sont rien en dehors de l’ensemble. En arborant les armes des conseillers, l’œuvre rappelle aussi que le pouvoir est exercé par les citoyens les plus honorables de la cité, issus des familles établies et respectées. Les danses cérémonielles organisées à l’hôtel de ville de Nuremberg, réservées aux membres des 42 familles éligibles au Conseil, remplissent une fonction semblable. Ces bals, dont les règles d’accès font l’objet d’une ordonnance détaillée en 1521, visent à mettre en scène les citoyens les plus aptes à exercer le pouvoir et témoignent des stratégies de distinction développées par les patriciens qui revendiquent le droit exclusif à gouverner la cité.

La limitation de l’accès aux charges, selon des critères qui semblent aujourd’hui en contradiction avec le principe même de la participation des citoyens au façonnement de leur destin politique, compte alors au nombre des conditions de la bonne gouvernance. Si, dans la réalité, la mince frange de citoyens qui siège au Conseil s’efforce d’abord de préserver sa mainmise sur les leviers du pouvoir, l’idéal mis en avant est systématiquement celui d’un gouvernement des plus vertueux et des plus compétents. Dans cette fiction politique, qu’il faut prendre au sérieux, accepter l’élection au Conseil constitue un acte de dévouement, par lequel l’élu assume la tâche de protéger les intérêts de toute la communauté, fût-ce au détriment des siens propres. Le refus de l’élection est en revanche dénoncé comme un refus de servir la communauté, et la défection est le plus souvent passible de sanctions.

Composé des meliores de la cité, le conseil est en mesure de prendre les décisions les plus sages, agissant pour le Bien commun et apportant ainsi paix et prospérité à tous. Selon ses défenseurs, l’exercice collectif du pouvoir garantit en outre que la cité ne sera jamais la proie d’un tyran ; il préserve enfin la communauté des erreurs dans lesquelles un homme seul, fût-il prince, roi ou Pape, tombe plus facilement qu’une assemblée de citoyens vertueux.