Le Conseil ne meurt jamais

Les rituels civiques et les représentations visuelles du Bon Gouvernement perpétuent la légitimité du magistrat et inscrivent le corps politique municipal dans la continuité, opération cruciale dans un système qui ne peut s’appuyer sur le principe dynastique pour pallier les risques inhérents au renouvellement des acteurs en charge des affaires publiques, risques d’autant plus aigus que la nature même du gouvernement suppose régulièrement et à de courts intervalles l’élection de nouveaux membres. Or, tout se passe comme si une logique sinon identique, du moins semblable à celle décrite par Kantorowicz au sujet des deux corps du roi – un corps physique mortel et un corps mystique éternel1 – était à l’œuvre dans les cités-républiques de l’époque moderne. Le Conseil se pense et se représente en persona ficta que des processus très codifiés d’élection et de cooptation, censés garantir l’accès aux charges des plus vertueux, permettent de régénérer périodiquement et qui font du Conseil une entité pérenne garante de la continuité du pouvoir, en dépit de la nature mortelle de ses membres.

Le souci de suturer les moments de rupture et de montrer que l’absence de continuité dynastique et la répartition du pouvoir sur plusieurs individus ne met pas en péril le Bon Gouvernement se retrouve dans le Regimentsspiegel de Johann Schwyzer. Son titre exact, « Le Miroir éternel du Magistrat », signale d’emblée que l’œuvre n’entend pas donner une image du conseil à un moment précis, et sa configuration montre comment le magistrat se perpétue dans la durée : les noms et armoiries des conseillers, inscrits en spirales dans les cercles dédiés, forment autant de lignées de serviteurs de la cité. L’œuvre, qui recense les conseillers et officiers depuis la proclamation de la Cinquième Lettre Jurée en 1498, permettait en outre l’ajout des noms des détenteurs de charges au fur et à mesure de leur élection, et ceci jusque dans un futur lointain : lors du retrait de l’œuvre en 1798 suite à l’avènement de la République helvétique, les disques auraient encore pu accueillir bien des noms. Si les conseillers sont mortels, le Conseil ne meurt jamais !

  1. Ernst Kantorowicz, The King’s Two Bodies. A Study in Mediaeval Political Theology, Princeton, University Press, 1957. []