Pieuse et vertueuse

Comme la légitimité du Conseil repose en grande partie sur la vertu civique de ses membres, les vertus cardinales Justice, Prudence, Courage, Tempérance, les vertus théologales Foi, Espérance ou Charité ainsi que d’autres qualités morales éminentes rythment les représentations du Bon Gouvernement de l’époque moderne. En matière de vertus, les magistrats se dépeignent volontiers comme les continuateurs de Rome : Conrad Celtis comparait déjà dans sa Norimberga de 1495 les qualités morales des conseillers de Nuremberg à celles des citoyens romains. Le dévouement, élément central de l’ethos municipal, est incarné par des héros de la République romaine tels que Marcus Curtius, qui s’était jeté dans le gouffre infernal menaçant le Forum, apaisant ainsi la colère des dieux par le sacrifice de ce que Rome avait de plus précieux, un de ses jeunes citoyens. Dans la salle du Conseil de Nuremberg, le courage était incarné par Mucius Scaevola se brûlant la main afin de convaincre Porsenna que les citoyens romains ne reculeraient devant rien pour protéger leur république.

Mais les représentations des vertus sont également fortement marquées par l’adoption de la nouvelle foi. Le passage à la Réforme, dans son acception zwinglienne comme luthérienne, entraîne en effet des transformations profondes dans la mise en scène du bon magistrat. Les rituels politiques sont dépouillés des cérémonies traditionnelles telles que la messe ou la procession, tout comme les saints patrons se voient déchus de leur statut d’intercesseurs entre la communauté civique et Dieu. Dans ce contexte, de nouvelles grammaires visuelles se développent autour de la multiplication des allégories des vertus du Bon Gouvernement et des figures bibliques destinées à mettre en scène un magistrat juste et chrétien. Les programmes iconographiques célèbrent certes toujours l’engagement du Conseil pour les libertés de la cité et les idéaux de Paix et de Justice, mais ils doivent aussi montrer que le magistrat a fait siens les enseignements de la Réforme prônant le retour aux Écritures.

À Berne, par exemple, la Vierge qui ornait le trumeau du portail de la collégiale Saint-Vincent est remplacée en 1575 par une allégorie de la Justice. Érigée dans l’axe de la figure du Christ qui domine le Jugement dernier ornant le tympan de la collégiale, cette allégorie fait face à la fontaine qui représente Moïse brandissant les Tables de la Loi. Les deux figures rappellent que le Conseil remplit son devoir de justice sous le regard du Juge suprême. Dans la même veine, les fresques peintes en 1540 sur les façades du Rathaus d’Ulm, inspirées par le De Officiis de Cicéron et par des motifs caractéristiques de la Tugendlehre protestante, font une large place aux figures vétérotestamentaires aux côtés des héros antiques : Salomon y rend son Jugement ; Job illustre la Patience, Abraham s’apprêtant à sacrifier Isaac la Foi ; le combat de David contre Goliath symbolise l’Espérance. Ces images soulignent que le magistrat exerce le pouvoir en accord avec la Parole de Dieu dans une ville qui a opté pour la nouvelle foi suite à un vote des corporations tenu en décembre 1531.