Les cercles du pouvoir

Réalisé en 1657 par le graveur et peintre Johann Heinrich Schwyzer (1618-1673), le “Miroir perpétuel du Magistrat” ou Immerwährender Regimentsspiegel constitue un fascinant témoignage des valeurs dont se réclame la cité-république de Zurich au XVIIe siècle. L’œuvre combine le modèle du miroir des princes hérité du Moyen Âge avec des éléments de représentation du Bon Gouvernement développés au cours de l’époque moderne pour ériger Zurich en cité idéale dont le régime corporatiste garantit la préservation du Bien commun. Retour sur cet objet exposé aujourd’hui au Musée national suisse (Inv. LM 3611).

Image : Johann Heinrich Schwyzer, Regimentsspiegel aus dem Rathaus Zurich, armoire à deux vantaux, huile sur bois, 244 cm x 225 cm, 1657. Musée national suisse, Zurich, Inv. LM 3611.
Johann Heinrich Schwyzer, Regimentsspiegel aus dem Rathaus Zurich, armoire à deux vantaux, huile sur bois, 244 cm x 225 cm, 1657. Musée national suisse, Zurich, Inv. LM 3611.

Haut de 2,4 m et large de 4,4 m lorsque ses vantaux sont ouverts, le Regimentsspiegel recense acteurs, familles et institutions du gouvernement zurichois depuis 1498. L’œuvre représente les composantes du magistrat sous forme de disques de papier mobiles organisés en cinq cercles concentriques. Sur le disque central figurent les noms et armoiries des bourgmestres et principaux dignitaires de la cité; les disques du premier cercle énumèrent les maîtres de corporations, piliers d’un système politique fondé depuis 1336 sur la domination des guildes. Le deuxième cercle nomme les élus du Petit Conseil, assemblée de 50 membres détenant l’essentiel du pouvoir et dont les acteurs mentionnés sur le disque central sont issus. Le troisième cercle, composé comme le premier de douze disques représentant chacun l’une des corporations de la cité et d’un disque de diamètre légèrement supérieur où figurent les Constaffler issus de l’ancienne noblesse municipale, recense les élus du Grand Conseil, qui choisissent en leur sein les membres du Petit Conseil. Les disques des quatrième et cinquième cercles énumèrent les représentants de l’État dans les bailliages; dans les coins, quelques disques supplémentaires donnent les noms des secrétaires et administrateurs de la cité.

Continuer la lecture de « Les cercles du pouvoir »

Les miroirs du magistrat

Image: frontispice allégorique représentant Res Publica entourée des vertus Justitia, Pax et Liberalitas; en arrière-plan, la ville de Nuremberg. Gravure sur bois tirée de: Der Stat Nürmberg verneute Reformation, Nuremberg, Paul Kauffmann, 1564.
Frontispice allégorique représentant Res Publica entourée des vertus Justitia, Pax et Liberalitas; en arrière-plan, la ville de Nuremberg. Gravure sur bois tirée de: Der Stat Nürmberg verneute Reformation, Nuremberg, Paul Kauffmann, 1564.

Dans son De Republica Helvetiorum libri duo (1576), Josias Simmler affirme que la meilleure forme de gouvernement est celle où les affaires publiques sont dirigées par un collectif dont les membres ont juré de se vouer au service de la communauté. Ce principe, défendu dès le XIVe siècle par Marsile de Padoue ou Coluccio Salutati, est repris à l’époque moderne par nombre de penseurs tels que Paul Busius ou Christian Liebenthal. Aux XVIe-XVIIe siècles, l’idéal civique du « gouvernement de plusieurs », où les membres de la communauté sont associés aux décisions importantes et où la protection du bien commun est assurée par un conseil de meliores élus, garant des libertés et de la paix, anime notamment les villes libres d’Empire et les cités helvétiques.

À l’exemple de quatre cas représentatifs – Nuremberg, Ulm, Zurich et Berne – je propose de reprendre à nouveaux frais la question des répercussions concrètes de cet ethos spécifique sur les pratiques de gouvernement et les représentations du magistrat. Mon projet s’intéresse pour cela aux rituels civiques tels que les prestations de serment, les élections et les consultations par le vote, mais aussi à la représentation des formes du Bon Gouvernement au moyen d’allégories de la cité et de mises en scènes picturales du magistrat et de ses vertus. L’enquête montrera comment l’idéal du Bon Gouvernement est mis en pratique par des acteurs confrontés à la nécessité d’asseoir leur légitimité, de contrer les critiques envers le modèle du gouvernement des conseils et de résister aux appétits de puissances voisines.

Basé à la Ludwig-Maximilian-Universität de Munich, le projet est financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, sous la forme d’une bourse PostDoc.Mobility.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search