Danse patricienne et harmonie civique

À Nuremberg, au XVIe siècle, patriciens et patriciennes participaient régulièrement aux bals données dans le Rathaussaal, la salle d’apparat de l’hôtel de ville. Ces bals reflètent l’ethos politique de l’une des plus importantes des cités d’Empire de la première modernité. Loin d’être de simples divertissements, ils relevaient des cérémonies du pouvoir qui mettent en scène la cité comme communauté bien gouvernée et participaient de la construction de la légitimité du magistrat. Ainsi, danser dans ce cadre prestigieux n’était pas donné à tous les citoyens. Établi en juillet 1521 par une commission mandatée par le Conseil, un document connu aujourd’hui sous le nom de Tanzstatut recensait méticuleusement les familles et les individus admis aux bals.

Image: le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.
Le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.

Le Tanzstatut se présente sous la forme d’une liste des personnes admises aux bals de l’hôtel de ville, réparties en cinq groupes1. Le premier comprend les 42 familles patriciennes admises aux bals du Rathaussaal en raison de leur appartenance à la classe des nobiles Norimbergenses, parmi lesquels se recrutent exclusivement les membres du Conseil. Un deuxième groupe recense six ehrbare Geschlechter admis aux danses municipales à condition de ne pas exercer un métier relevant de l’artisanat, activité considérée comme déshonorante. Un troisième groupe recense 26 bourgeois mariés à une patricienne et reçus au bal à ce titre, un quatrième des célibataires autorisés à danser en raison de leur ascendance patricienne du côté maternel. Le dernier groupe établit une liste d’individus qui, auparavant admis au bal, en étaient désormais exclus.

Continuer la lecture de « Danse patricienne et harmonie civique »
  1. Six si l’on prend en compte la mention isolée d’un nommé Augustin Dichtel, qui ne sera plus invité formellement au bal, mais qui ne sera pas non plus éconduit s’il se présente au Rathaussaal. Les raisons de cette exception ne sont pas connues. []

Dans l’œil du crocodile

Les Nîmois et Nîmoises le connaissent bien, les touristes s’étonnent quelque peu de sa présence en ces latitudes: depuis le début du XVIe siècle, crocodylus nemausensis a fait sienne la ville de Nîmes. Il s’affirme fièrement sur le blason de la cité, tout de sinople et d’or sur fond de gueules; à travers le logo dessiné en 1985 par Philippe Starck, il rythme l’espace urbain; installé sur un rocher de la fontaine sise place du Marché, il invite passants et passantes à frotter son museau – cela porterait-il bonheur? Et suspendus au ciel du grand escalier de l’hôtel de ville, quatre sauriens semblent converser autour du lustre central tout en observant citoyens, édiles et visiteurs qui montent et descendent les marches.

Image: le crocodile de la fontaine imaginée par Martial Raysse pour la place du Marché, à Nîmes. Photo: Adobe Stock.
Le crocodile de la fontaine imaginée par Martial Raysse pour la place du Marché, à Nîmes. Photo: Adobe Stock.

Cette omniprésence reptilienne trouve ses origines dans la découverte, au début du XVIe siècle, du fameux “dupondius de Nîmes”, qui commémore la victoire d’Octave sur Marc Antoine et Cléopâtre lors de la bataille d’Actium (31 av. Jésus-Christ). Son avers arbore les effigies d’Octave Auguste et du général Agrippa, artisan de nombreuses victoires pour le camp d’Octave lors de la guerre civile; le revers est orné d’un crocodile attaché à une palme représentant l’Égypte vaincue. Le sigle COL. NEM. (pour Colonia Nemausensis) renvoie au nom de la cité où la monnaie a été frappée vers 28/27 av. J.-C. et dont la fondation a longtemps été attribuée à des vétérans de la fameuse campagne d’Égypte.

Continuer la lecture de « Dans l’œil du crocodile »