Terrains d’enquête

Couvrant une période allant grosso modo de 1520 à 1660, l’enquête se concentrera sur les villes de Nuremberg, Ulm, Berne et Zurich. À ce jour, il n’existe en effet pas d’étude traitant des questionnements qui m’intéressent à l’exemple de ces cités. Les archives renferment pourtant de riches fonds qui permettent de reconstituer avec précision les rites politiques ; nombre d’œuvres qui célébraient le Bon Gouvernement à l’époque moderne existent encore, comme par exemple les fameuses fresques qui ornent les façades de l’hôtel de ville d’Ulm.

Les quatre villes sont en mesure de mener une politique extérieure et intérieure autonome, y compris en matière religieuse. Nuremberg et Ulm sont représentatives des villes immédiates de la ceinture urbaine du Sud de l’Allemagne et, en vertu de leur statut de Reichsstädte, seul l’Empereur peut leur demander allégeance. Berne et Zurich comptent en principe elles aussi au nombre des villes immédiates du Saint-Empire romain germanique. Toutefois, leur appartenance à l’Ancienne Confédération helvétique leur assure un surcroît d’autonomie appréciable depuis que le traité de Bâle de 1499 a dispensé les cantons suisses des réformes de Maximilien Ier. Ni Berne, ni Zurich ne seront ainsi touchées par la reprise en main des autorités municipales par Charles Quint qui suit l’Intérim de 1548 dans de nombreuses Reichsstädte, comme par exemple Ulm.

En accord avec le principe du « gouvernement de plusieurs », ces cités sont gouvernées par des instances collectives composées de citoyens élus par leurs pairs. Cœur du pouvoir, le Conseil – ou Petit Conseil, distinct du Grand Conseil et de l’assemblée de la Gemeinde – compte en ses rangs les plus hauts officiers de la ville. Y accéder suppose soit d’appartenir au patriciat, comme à Nuremberg et, dans une moindre mesure, à Berne, soit d’avoir été élu par les maîtres de sa corporation si l’on habite Ulm ou Zurich. Les quatre villes ont fait le choix de la Réforme dans le premier tiers du XVIe siècle, le recours à la décision collective servant alors de caution à un choix religieux contraire à la volonté de l’Empereur et dénoncé par l’Église.