Dans l’œil du crocodile

Les Nîmois et Nîmoises le connaissent bien, les touristes s’étonnent quelque peu de sa présence en ces latitudes: depuis le début du XVIe siècle, crocodylus nemausensis a fait sienne la ville de Nîmes. Il s’affirme fièrement sur le blason de la cité, tout de sinople et d’or sur fond de gueules; à travers le logo dessiné en 1985 par Philippe Starck, il rythme l’espace urbain; installé sur un rocher de la fontaine sise place du Marché, il invite passants et passantes à frotter son museau – cela porterait-il bonheur? Et suspendus au ciel du grand escalier de l’hôtel de ville, quatre sauriens semblent converser autour du lustre central tout en observant citoyens, édiles et visiteurs qui montent et descendent les marches.

Le crocodile de la fontaine imaginée par Martial Raysse pour la place du Marché, à Nîmes. Photo: Adobe Stock.

Cette omniprésence reptilienne trouve ses origines dans la découverte, au début du XVIe siècle, du fameux “dupondius de Nîmes”, qui commémore la victoire d’Octave sur Marc Antoine et Cléopâtre lors de la bataille d’Actium (31 av. Jésus-Christ). Son avers arbore les effigies d’Octave Auguste et du général Agrippa, artisan de nombreuses victoires pour le camp d’Octave lors de la guerre civile; le revers est orné d’un crocodile attaché à une palme représentant l’Égypte vaincue. Le sigle COL. NEM. (pour Colonia Nemausensis) renvoie au nom de la cité où la monnaie a été frappée vers 28/27 av. J.-C. et dont la fondation a longtemps été attribuée à des vétérans de la fameuse campagne d’Égypte.

En 1535, François Ier est reçu en grande pompe par le magistrat de la cité. Féru d’antiquités, le roi admire les vestiges romains et accorde à la ville le droit d’arborer sur ses armoiries le crocodile, attaché à un palmier et surmonté d’une couronne de lauriers. L’adoption de ces nouvelles armoiries intervient à peine 20 ans après que la cité eut obtenu de faire figurer un taureau d’or sur son blason. Ce changement laisse entendre que le magistrat a vu dans le dupondius une confirmation éclatante de l’ascendance romaine dont les Nîmois se montrent alors si fiers et que célèbre, par exemple, le Discours historial publié en 1560 par Jean Poldo d’Albenas, premier ouvrage imprimé consacré aux antiquités de Nîmes. Rythmant l’espace urbain au travers de la Maison carrée, de la Tour Magne ou encore des arènes, la romanité nîmoise est enfin nourrie par un humanisme civique bien implanté dans la bourgeoisie cultivée ainsi que par la solide tradition du droit romain qui caractérise le sud du royaume de France – les avocats forment d’ailleurs avec les gentilshommes une des quatre “échelles” au sein desquelles sont élus les quatre consuls de la ville.

Le dupondius de Nîmes, pièce de monnaie romaine, dont le revers est à l’origine du blason au crocodile. Photo: K. Grote

En changeant ses armoiries, la ville de Nîmes s’inscrit aussi dans la riche tradition d’incarnation du corps mystique de la cité par un animal tutélaire – en 1516, le choix du taureau en lieu et place du simple blason de gueules allait déjà dans ce sens. Les liens étroits entre un animal et une cité procèdent souvent des mythes fondateurs de la communauté, comme par exemple à Berne, capitale de la Suisse qui tire son nom du premier animal abattu lors d’une chasse menée en l’honneur de la fondation de la ville par le comte Berchtold V de Zähringen en 1191, le mot allemand Bär donnant le nom de Berne. À cet égard, le choix du crocodile par le magistrat de Nîmes en 1535 peut être interprété comme une réactualisation symbolique de la fondation de la cité mettant l’accent sur ses origines prestigieuses.

Revenons aux quatre crocodiles qui, dans le grand escalier de l’hôtel de ville, semblent s’élever au-dessus des tractations politiques quotidiennes. Des plaques fixées à leurs flancs ainsi que plusieurs documents conservés aux archives municipales permettent de connaître les dates d’acquisition de chacun d’entre eux et révèlent l’existence d’un cinquième crocodile, acheté en 1586 mais aujourd’hui disparu. Des quatre sauriens conservés, le premier a été acquis en 1597, “du consulat de Messieurs Noble Louis de Momcamp, seigneur de Saint-Véran, Antoine Dupris, bourgeois, Olivier Lateule, marchand, Guillaume Revergat, laboureur”. L’achat par le Conseil des deuxième et troisième reptiles est connue grâce à des actes d’acquisition datant respectivement de 1671 et 1692, reproduits par Charles Liotard1. Le quatrième crocodile, enfin, a été offert à la cité en 1702 par Abraham Poussielgue, bourgeois de Nîmes résidant alors à Malte et désireux d’honorer sa ville natale.

Les quatre crocodiles de l’hôtel de ville de Nîmes. Photo: Alamy Images.

La fascination que développent au cours du XVIe siècle érudits, princes et riches bourgeois pour les merveilles de la Nature explique peut-être en partie la décision d’acquérir des spécimens naturalisés de l’animal ornant les armoiries de la villes. Dans les cabinets de curiosités, le crocodile occupe en effet une place d’honneur: brouillant les classements traditionnels en raison de son mode de vie à la fois terrestre et aquatique, chargé de significations allégoriques l’assimilant au Léviathan de la Bible et à d’autres figures mythologiques, le crocodile joue aussi le rôle de trait d’union entre l’Ancien et le Nouveau Monde: la découverte des alligators si semblables aux crocodiles d’Égypte constitue pour nombre de savants et de théologiens une des preuves que leurs schèmes d’explication de l’ordre des choses s’applique aussi aux Amériques.

Toutefois, à Nîmes, de par son rôle dans le récit de fondation de la cité, le crocodile se veut moins merveille que symbole civique. Sur les flancs des reptiles, la mention des consuls en charge laisse entendre que l’achat des crocodiles naturalisés était considéré comme un acte civique, démonstration de dévouement au corps municipal et preuve de l’investissement des acteurs dans leur fonction de magistrat. Les bourgeois acquéreurs du crocodile de 1671 soulignent ainsi leur désir de perpétuer “la mémoire de la chose publique”, alors que Poussielgue, donateur du crocodile de 1702, dit sa fierté d’offrir à sa ville natale un animal digne d’orner le nouvel hôtel de ville, lieu des “applications infatigables au service du public” d’un magistrat dont la probité assure la prospérité des citoyens.

Or, avant de planer au-dessus du grand escalier, les crocodiles de l’hôtel de ville ont longtemps veillé sur les délibérations du magistrat. Leur présence dans la salle du Conseil est avérée depuis son installation dans l’ancienne Trésorerie royale, cédée à la ville en 1699. Les quatre sauriens achetés avant le déménagement ornaient probablement déjà l’ancien hôtel de ville, situé à côté d’un autre symbole du pouvoir municipal, la Tour de l’Horloge. Gardiens muets, mais rappelant par leur seule présence le magistrat à ses devoirs, les crocodiles incarnent la cité éternelle et donnent une forme visible à un corps mystique irréductible à la somme de ses composantes. À la fois dépositaires de la généalogie prestigieuse de la cité et incarnation des valeurs et des vertus dont elle se réclame, les crocodiles exhortent les hommes en charge des affaires publiques à se mettre au service du Bien commun.

Tout se passe enfin comme si les spécimens naturalisés de l’hôtel de ville avaient pour tâche d’étoffer le discours inauguré avec les armoiries de 1535 en doublant le récit des origines romaines de la ville d’une expression symbolique de son unité. Les deux premiers crocodiles ont été achetés à la fin du XVIe siècle, alors que le royaume de France sortait des Guerres de religion; l’acquisition des deux derniers suit de peu la révocation de l’édit de Nantes (1685). Haut lieu du protestantisme français de 1530 à 1570, Nîmes a vécu dans sa chair et ses pierres l’affrontement confessionnel, la paix n’étant maintenue qu’au prix de fragiles équilibres, qui n’ont pas permis d’éviter des épisodes sanglants comme la Michelade (1567), au cours de laquelle nombre de catholiques nîmois ont péri aux mains des émeutiers protestants. Dans ces moments de déchirement religieux, faire appel à l’animal symbolisant le corps mystique de la cité a pu être vu comme un moyen de conjurer la division et d’en appeler à l’unité de la communauté sous le regard du crocodile tutélaire.

Le crocodile de Nîmes est donc bien davantage qu’un simple élément décoratif. Il symbolise la communauté et rend visible dans le Monde le corps mystique et éternel de la cité, remplissant ainsi des fonctions semblables à celles assurées par les allégories féminines et autres effigies de bannerets qui font exister la cité comme un tout dépassant la somme de ses parties. Cette opération symbolique s’avère d’autant plus cruciale dans une “république” régie par le gouvernement de plusieurs, où la communauté ne peut être incarnée par une figure princière et dont aucune continuité dynastique n’assure la pérennité. Et tout comme l’installation du Conseil dans l’ancienne Trésorerie royale pouvait avoir valeur de symbole dans une cité qui, à l’image des autres villes du royaume et contrairement aux cités-républiques largement autonomes des cantons suisses ou même du Saint-Empire, avait alors perdu la plupart de ses prérogatives au bénéfice des officiers du roi, l’installation des crocodiles au plafond du nouvel hôtel de ville pouvait signifier que la cité entendait bien célébrer son identité et protéger ses libertés.

Bibliographie sommaire
  • Charles Liotard, Documents inédits sur l’origine des quatre crocodiles de l’hôtel de ville de Nîmes, Nîmes, Clavel-Ballivet, 1871.
  • Jean Poldo d’Albenas, Discours historial de l’antique et illustre cité de Nismes, en la Gaule narbonnoise…, Lyon, G. Roville, 1560.
  • Robert Sauzet, “La ville et le roi. Nîmes et François Ier“, in Attilio Bartoli Langeli, Vittor Ivo Comparato et Robert Sauzet (dir.), Il governo della città. Modelli e pratiche (secoli XIII-XVIII) = Le gouvernement de la cité. Modèles et pratiques (XIIIe-XVIIIe siècles), Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 2004, p. 123-136.
  • Line Teisseyre-Sallmann, Métamorphoses d’une ville. Nîmes de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2009.
  • Spencer J. Weinreich, “Thinking with Crocodiles. An Iconic Animal at the Intersection of Early Modern Religion and Natural Philosophy”, Early Science and Medecine 20/3, 2015, p. 209-240.
  • Allan A. Tulchin, That Men Would Praise the Lord. The Triumph of Protestantism in Nîmes 1530-1570, Oxford, University Press, 2010.

Citer cet article: Fabrice Flückiger, "Dans l’œil du crocodile," in Les miroirs du magistrat, 12 septembre 2020, https://miroirs.hypotheses.org/646.

  1. Charles Liotard, Documents inédits sur l’origine des quatre crocodiles de l’hôtel de ville de Nîmes, Nîmes, Clavel-Ballivet, 1871, p. 9-13, consultable sur Gallica []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.