Justice civique et Juge Suprême

Au XVIe siècle, dans plusieurs villes réformées, l’iconographie du Jugement dernier joue un rôle important dans la mise en scène du Bon Gouvernement. C’est notamment le cas à Berne, cité à la tête d’un des plus puissants cantons de l’Ancienne Confédération helvétique. Au cœur de la ville se dresse l’ancienne collégiale Saint-Vincent, plus connue sous le nom de Münster, érigée entre 1421 et 1573 sur ordre du magistrat afin de souligner la proximité de la cité avec Dieu et narguer les évêques de Lausanne et Constance, dont Berne dépend alors au spirituel. Sur le tympan du portail, un Jugement dernier peint entre 1460 et 1480 par le maître Erhart Küng révèle le rôle de cette iconographie dans les grammaires visuelles destinées à célébrer le Bon Magistrat.

Le Jugement dernier, par Erhart Küng, 1460-1480, portail du Münster de Berne. Wikimedia Commons, photo : Mike Lehmann.

À première vue, ce programme iconographique ambitieux paraît incongru dans une cité qui, dès 1528, est devenu l’un des fers de lance de la Réforme helvétique. Les statues et images de saints ont été bannies du territoire bernois et de ses églises suite à l’adoption, au début du mois de février, des préceptes prônés par Ulrich Zwingli; les destructions d’images ont alors été si nombreuses que les débris des seules sculptures de la collégiale ont permis d’achever le remblai construit sur la pente descendant vers la rivière Aar afin d’aménager une large terrasse devant la façade sud de l’église.

La conservation du Jugement dernier de Berne s’explique sans doute en partie par son statut de commande municipale. Comme la collégiale elle-même, l’œuvre ornant le portail a été financée par le magistrat et donc, indirectement, par les bourgeois soucieux de confirmer le fameux adage du chroniqueur Konrad Justinger, Gott ist Burger zu Bern – “Dieu est bourgeois de Berne”. D’autres images financées par la communauté ont été conservées, ou simplement modifiées pour être compatibles avec les enseignements de la Réforme, comme par exemple la statue géante de saint Christophe qui ornait le Christoffelturm aujourd’hui disparu, transformée alors en homme d’armes protégeant la cité. Mais le Jugement dernier de Berne a d’abord survécu parce qu’il pouvait à la fois servir le discours des prédicateurs réformés et s’inscrire dans les efforts du Conseil de ville visant à se mettre en scène comme autorité légitime.

Le propos religieux, d’abord. Le thème du Jugement pouvait facilement être réinterprété dans une logique protestante. Mettant en images le récit du dernier livre des Écritures, l’œuvre rappelle au fidèle qui entre dans l’église ou se tient devant l’édifice que chaque homme devra se présenter devant le Juge suprême, riche ou pauvre, laïc ou clerc – les prélats ne sont ici pas épargnés par le Jugement de Dieu, ce qui a pu jouer un rôle dans la décision de ne pas altérer le Jugement. L’urgence de se préoccuper du salut de son âme plutôt que de ses intérêts terrestres est donc rappelée sans ambage, et tout paroissien bernois sait alors que cette introspection passe par le retour aux enseignements de la Bible et le rejet des mirages de l’Église romaine. Nul appel au culte des saints dans ce programme iconographique, bien au contraire. Deux figures ont même été ajoutées à l’ensemble, probablement dès 1530, pour rappeler l’interdiction du culte des images: au fidèle qui contemple le Jugement, elles montrent une Bible ouverte sur le Deuxième Commandement, celui qui condamne la vénération des idoles. D’ailleurs, les personnages représentés sur le tympan et l’archivolte ne sont pas des saints protecteurs, mais les témoins de la Foi qui lèvent le regard vers un Christ présidant le Tribunal suprême au sommet de la composition. Les niches vides dans les ébrasements rappellent que les statues de saints qui pouvaient susciter l’idolâtrie ont été enlevées lors des épisodes iconoclastes de l’année 1528.

Détail du portail du Münster, v. 1530. Photo de l’auteur

Mais le Jugement dernier s’inscrit aussi dans le programme complexe de mise en scène du magistrat observable dans l’espace urbain bernois depuis le XVe siècle et qui, avec l’avènement de la Réforme, prend une nouvelle tournure. Exit les cérémonies religieuses comme les messes du Saint-Esprit précédant les élections ou les processions destinées à rendre hommage aux saints protecteurs de la cité. La Bible, qui est toute la Parole de Dieu selon les réformateurs, constitue désormais la seule boussole d’un magistrat enjoint à se libérer de tout intermédiaire parasitant la compréhension de la volonté du Tout-Puissant. Le Conseil de Berne entend toutefois rappeler tant aux citoyens qu’aux prédicateurs qu’il est le seul dépositaire de l’autorité à gouverner la cité. Le magistrat s’efforce donc de concilier les préceptes de la nouvelle foi avec sa conception d’une légitimité propre, découlant de son élection par la communauté et de son dévouement au Bien commun.

Cet effort se lit notamment dans l’exaltation renouvelée des quatre vertus dont doit faire preuve tout bon magistrat: Courage, Prudence, Tempérance et bien sûr Justice. À Berne, la vertu de justitia se révèle essentielle dans la grammaire visuelle issue de l’adoption de la Réforme: on la retrouve dans le programme iconographique des fontaines érigées entre 1545 et 1549 qui comporte une allégorie de la Justice et un Moïse tenant les Tables de la Loi, dans les décorations intérieures de l’hôtel de ville dont l’une des fresques représente le Jugement de Salomon, et même dans les stalles du chœur de la collégiale, préservées de la vague iconoclaste et aux quatre coins desquelles se dressent les vertus du Bon Gouvernement, dont la fameuse Justice.

Allégorie de la Justice, par Daniel Heintz, 1575, trumeau du portail du Münster. Photo de l’auteur

À cet égard, la figure montée sur le trumeau du portail de la collégiale est révélatrice: on reconnaît facilement, dans cette jeune femme portant balance et épée, une allégorie de la Justice. Or, ce n’est qu’en 1575 que cette statue réalisée par maître Daniel Heintz est érigée à cet endroit: elle remplace une statue de la Vierge Marie qui ornait le portail à l’origine, et dont la présence est jugée inopportune dans la Berne protestante, qui refuse tout rôle de médiatrice à la Mère de Jésus. L’allégorie de la Justice de Heintz, en revanche, rappelle clairement que dans la cité bernoise, la Justice est rendue sous le regard du Juge suprême. Cette hiérarchie entre autorité civique terrestre et Juge céleste est soulignée par l’installation de l’allégorie de la Justice dans l’axe de la figure de l’archange Michel pesant les âmes et du Christ présidant à la séparation des Justes et des Damnés à la fin des temps. Au message eschatologique véhiculé par le portail de la collégiale s’ajoute donc un discours de célébration du Conseil bernois en pourvoyeur de la justice, mais surtout en magistrat respectueux des jugements de Dieu, discours qui achève aussi de transformer le Münster en véritable lieu de culte civique.

Bibliographie sommaire
  • Fabrice Flückiger, “Le Glaive de Justice et les Tables de Moïse. Réflexions sur la grammaire visuelle d’une ville réformée au XVIe siècle », in Gaël Rideau et Élise Boillet (dir.), La visibilité du religieux dans l’espace urbain européen (XIVe-XVIIIe siècles), PUR, Rennes, 2020.
  • Luc Mojon, Das Berner Münster, Bâle, Birkhäuser, 1960 (Die Kunstdenkmäler der Schweiz. Berne, t. 4).
  • Bernd Nicolai et Jürg Schweizer (dir.), Das Berner Münster. Das erste Jahrhundert. Von der Grundsteinlegung bis zur Chorvollendung (1421-1517/1528), Ratisbonne, Schnell & Steiner, 2019.
  • Judith Resnik et Dennis E. Curtis, “Representing Justice. From Renaissance Iconography to Twenty-First-Century Courthouses“, Proceedings of the American Philosophical Society 151-2, 2007, p. 139-183.
  • Franz-Josef Sladeczek, “Entre destruction et conservation, l’iconoclasme de la Réforme bernoise (1528)”, in Cécile Dupeux Cécile, Peter Jezler Peter et Jean Wirth Jean (dir.), Iconoclasme. Vie et mort de l’image médiévale, Paris, Somogy, 2001, p. 97-103.

Citer cet article: Fabrice Flückiger, "Justice civique et Juge Suprême," in Les miroirs du magistrat, 14 avril 2020, https://miroirs.hypotheses.org/654.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.