Axes de réflexion

Au Musée suisse d’histoire, un objet fascinant dévoile la structure du gouvernement zurichois en 1657. Au moyen de 161 disques mobiles disposés en cercles concentriques énumérant les noms des conseillers et officiers de la ville, le Immerwährender Regimentsspiegel réalisé par Johann Schwyzer révèle le caractère harmonieux des institutions municipales, dont la légitimité naît du principe du « gouvernement de plusieurs », pour reprendre une expression des traités politiques de l’époque moderne. Le Regimentsspiegel transpose en image cet ethos politique que Josias Simmler avait théorisé pour les territoires helvétiques dans son De Republica Helvetiorum libri duo (1576), et que des penseurs tels que Paul Busius ou Christian Liebenthal, puisant parfois dans des traditions aussi anciennes que les textes de Marsile de Padoue, ont repris à leur compte : une vision du Bon Gouvernement postulant que la meilleure façon de gérer la res publica est de confier le pouvoir à une instance collective dont les membres se vouent au service de la communauté.

Cette section du carnet présente les grandes lignes du livre dont la rédaction constitue le but du projet intitulé “Les miroirs du magistrat”. Cet ouvrage montrera que le maintien de la fiction politique de la communauté civique unie et gouvernée par un bon magistrat dépend d’opérations symboliques rythmant la vie municipale et façonnant les espaces urbains. Mon enquête porte sur les pratiques (rites, procédures, cérémonies) mises en œuvre pour faire vivre l’idéal du « gouvernement de plusieurs » ainsi que sur les représentations (peintures, sculptures, chroniques) par lesquelles les acteurs se mettent en scène. L’approche choisie relève à la fois de l’histoire socioculturelle des pratiques politiques urbaines et de l’histoire des transformations engendrées par le conflit confessionnel, car l’adoption des idées réformées, luthériennes ou zwingliennes, modifie profondément rites et représentations visant à asseoir la légitimité du magistrat.

À l’exemple des villes de Nuremberg, Ulm, Berne et Zurich, la reconnaissance du magistrat comme autorité légitime sera présentée comme découlant moins de la connaissance par les acteurs de textes théoriques et juridiques que d’une recharge symbolique réactualisant en permanence la cité en tant que communauté civique unie dans un destin commun. L’ouvrage montrera aussi comment la nature collective des Conseils reste la condition même de leur capacité à incarner le Bon Gouvernement et mettra en évidence la complexité de la mise en scène et de la justification, aux XVIe-XVIIe siècles, d’un idéal qui évolue avec la redécouverte des traditions juridiques et civiques romaines, la territorialisation progressive des États et Stände européens et les bouleversements entraînés par les idées réformées dans les schèmes politiques et salvifiques d’interprétation du Monde.

Le propos sera organisé en quatre chapitres, intitulés 1) La sagesse collective des meliores ; 2) Faire corps ; 3) Le Conseil ne meurt jamais et 4) Pieuse et vertueuse.