Danse patricienne et harmonie civique

À Nuremberg, au XVIe siècle, patriciens et patriciennes participaient régulièrement aux bals données dans le Rathaussaal, la salle d’apparat de l’hôtel de ville. Ces bals reflètent l’ethos politique de l’une des plus importantes des cités d’Empire de la première modernité. Loin d’être de simples divertissements, ils relevaient des cérémonies du pouvoir qui mettent en scène la cité comme communauté bien gouvernée et participaient de la construction de la légitimité du magistrat. Ainsi, danser dans ce cadre prestigieux n’était pas donné à tous les citoyens. Établi en juillet 1521 par une commission mandatée par le Conseil, un document connu aujourd’hui sous le nom de Tanzstatut recensait méticuleusement les familles et les individus admis aux bals.

Image: le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.
Le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.

Le Tanzstatut se présente sous la forme d’une liste des personnes admises aux bals de l’hôtel de ville, réparties en cinq groupes1. Le premier comprend les 42 familles patriciennes admises aux bals du Rathaussaal en raison de leur appartenance à la classe des nobiles Norimbergenses, parmi lesquels se recrutent exclusivement les membres du Conseil. Un deuxième groupe recense six ehrbare Geschlechter admis aux danses municipales à condition de ne pas exercer un métier relevant de l’artisanat, activité considérée comme déshonorante. Un troisième groupe recense 26 bourgeois mariés à une patricienne et reçus au bal à ce titre, un quatrième des célibataires autorisés à danser en raison de leur ascendance patricienne du côté maternel. Le dernier groupe établit une liste d’individus qui, auparavant admis au bal, en étaient désormais exclus.

Continuer la lecture de « Danse patricienne et harmonie civique »
  1. Six si l’on prend en compte la mention isolée d’un nommé Augustin Dichtel, qui ne sera plus invité formellement au bal, mais qui ne sera pas non plus éconduit s’il se présente au Rathaussaal. Les raisons de cette exception ne sont pas connues. []

Une année à Munich – Ein Jahr in München

Ce texte a été rédigé pour le rapport annuel 2019 du Münchner Forschungszentrum Fundamente der Moderne, qui a hébergé le projet “Les miroirs du magistrat” de février 2019 à mars 2021.

Schnee fällt in dichten Flocken vor den Fenstern meiner noch spärlich möblierten Wohnung in Giesing am ersten Morgen dieses Forschungsaufenthalts in München. Die Tasche mit dem Computer steht vor der Tür, ein letzter Blick auf das Smartphone, um den Weg zur Uni zu überprüfen. Das von Freunden geschenkte kunstvoll geschnitzte Holzkrokodil, das mich überall begleitet, scheint mir zuzunicken. Wird schon werden.

Die Ankunft in einer unbekannten Stadt und die Perspektive, in einer neuen Umgebung zu arbeiten, wecken Neugier und gespannte Erwartung, dies erst recht, wenn man gerade ein neues Forschungsprojekt in Angriff nimmt. Dieses wurde zwar vom Schweizerischen Nationalfonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung gutgeheißen, aber man fragt sich trotzdem noch, ob Thematik und Fragestellung wirklich Sinn machen.

Auf geht’s, U2 Richtung Feldmoching, Umsteigen am Sendlinger Tor, Kontrast zwischen den hypermodernen Zügen der U6 und ein paar Lederhosen, Haltestelle Universität mit Werbung für eine in der Anfechtung von Prüfungsresultaten spezialisierte Kanzlei. Gasthaus Atzinger, Pommes Boutique, Buch & Ton, alles zukünftige Meilensteine meiner Tage. Das Historicum steht an der Ecke Schellingstraße/Amalienstraße. Es wird sich herausstellen, dass die Legende wahr ist: Die Fachbibliothek Geschichte beherbergt so ziemlich alle Bücher, die sich der Forscher wünschen kann, die Zulassungsbedingungen bleiben aber unergründlich. Prof. Arndt Brendecke empfängt mich in seinem Büro und lädt gleich zum Kaffee ein, stellt mich einigen MitarbeiterInnen vor. Die Stimmung ist angenehm, die Nervosität sinkt. Wir kommen ins Gespräch.

Continuer la lecture de « Une année à Munich – Ein Jahr in München »

Mise à jour de le section “Axes de réflexion”

La section du carnet décrivant les axes de réflexion du projet “Les miroirs du magistrat” a été refondue complètement afin de refléter l’état actuel de l’avancée des travaux. Elle présente désormais les quatre chapitres qui structureront le livre à venir ainsi que les terrains retenus pour l’enquête.

Quand voter sauve les âmes

En novembre 1530, la ville d’Ulm choisit la Réforme. Pour justifier sa décision, le Conseil a procédé à une consultation des bourgeois et habitants qui a révélé une majorité très nette en faveur des réformes. Ce vote clôt un processus de plusieurs années: en effet, malgré l’adhésion précoce aux idées réformées par une partie importante de la population, le magistrat s’est longtemps montré soucieux de respecter l’édit de Worms de 1521, par lequel Charles Quint avait interdit la diffusion des idées luthériennes1. Cependant, dès 1527, le Conseil autorisait le mariage des prêtres ou limitait les processions; en 1529, Ulm s’associait aux princes et aux villes à l’origine de la “protestation de Spire”, par laquelle les Stände réformés refusaient de se soumettre à l’interdiction de la nouvelle foi et qui devait donner son nom aux “protestants”.

Image: Vue aérienne d'Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.
Vue aérienne d’Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.

L’exemple d’Ulm met en lumière un aspect du processus de réformation assez peu connu et pourtant essentiel dans de nombreuses régions : le vote sur la foi. En soumettant le choix de religion à l’épreuve des voix, les magistrats montrent qu’ils n’entendent pas traiter la question religieuse à la légère, mais engager tous les outils à leur disposition pour faire un choix juste et éclairé. Or, dans les cités-républiques de l’époque moderne, le recours au vote est au cœur des procédures censées garantir la préservation du Bien commun. Il est indissociable de l’ethos municipal voulant que les libertés de la cité ne soient jamais mieux protégées que par un magistrat composé de citoyens qui décident par eux-mêmes et pour eux-mêmes de la conduite des affaires publiques. À Ulm, à Nuremberg, à Zurich ou encore à Berne, chaque étape vers la Réforme, chaque coup de frein au changement, tout comme la rupture définitive avec l’Église romaine, résultent en réalité d’un vote. C’est d’abord au sein du Conseil de ville, dont on oublie parfois qu’il n’était pas religieusement homogène, que se déroulent ces scrutins. À Zurich, en 1525, le Conseil vote l’interdiction de la messe à une courte majorité la veille de Pâques ; à Berne, les partisans de Zwingli peuvent espérer s’imposer à partir du printemps 1527, suite aux élections qui leur ont donné la majorité au sein du Conseil, et alors que les corporations votent les unes après les autres la suspension des messes dans leurs chapelles. Nul doute que c’est également par un vote que le conseil de Nuremberg décide d’embrasser la nouvelle foi en 1525, après une dispute de religion qui, comme dans plusieurs autres villes qui sautent le pas, légitime théologiquement la décision.

Continuer la lecture de « Quand voter sauve les âmes »
  1. Le terme désigne alors l’ensemble des courants réformateurs et ne distingue donc pas les luthériens des partisans de Zwingli ou des anabaptistes. Les réformés des villes citées dans ce billet sont en premier lieu des adeptes de la doctrine zwinglienne, sauf à Nuremberg, qui suit la voie d’une réforme adossée aux idées de Luther. []

Les miroirs du magistrat

Image: frontispice allégorique représentant Res Publica entourée des vertus Justitia, Pax et Liberalitas; en arrière-plan, la ville de Nuremberg. Gravure sur bois tirée de: Der Stat Nürmberg verneute Reformation, Nuremberg, Paul Kauffmann, 1564.
Frontispice allégorique représentant Res Publica entourée des vertus Justitia, Pax et Liberalitas; en arrière-plan, la ville de Nuremberg. Gravure sur bois tirée de: Der Stat Nürmberg verneute Reformation, Nuremberg, Paul Kauffmann, 1564.

Dans son De Republica Helvetiorum libri duo (1576), Josias Simmler affirme que la meilleure forme de gouvernement est celle où les affaires publiques sont dirigées par un collectif dont les membres ont juré de se vouer au service de la communauté. Ce principe, défendu dès le XIVe siècle par Marsile de Padoue ou Coluccio Salutati, est repris à l’époque moderne par nombre de penseurs tels que Paul Busius ou Christian Liebenthal. Aux XVIe-XVIIe siècles, l’idéal civique du « gouvernement de plusieurs », où les membres de la communauté sont associés aux décisions importantes et où la protection du bien commun est assurée par un conseil de meliores élus, garant des libertés et de la paix, anime notamment les villes libres d’Empire et les cités helvétiques.

À l’exemple de quatre cas représentatifs – Nuremberg, Ulm, Zurich et Berne – je propose de reprendre à nouveaux frais la question des répercussions concrètes de cet ethos spécifique sur les pratiques de gouvernement et les représentations du magistrat. Mon projet s’intéresse pour cela aux rituels civiques tels que les prestations de serment, les élections et les consultations par le vote, mais aussi à la représentation des formes du Bon Gouvernement au moyen d’allégories de la cité et de mises en scènes picturales du magistrat et de ses vertus. L’enquête montrera comment l’idéal du Bon Gouvernement est mis en pratique par des acteurs confrontés à la nécessité d’asseoir leur légitimité, de contrer les critiques envers le modèle du gouvernement des conseils et de résister aux appétits de puissances voisines.

Basé à la Ludwig-Maximilian-Universität de Munich, le projet est financé par le Fonds national suisse de la recherche scientifique, sous la forme d’une bourse PostDoc.Mobility.