Danse patricienne et harmonie civique

À Nuremberg, au XVIe siècle, patriciens et patriciennes participaient régulièrement aux bals données dans le Rathaussaal, la salle d’apparat de l’hôtel de ville. Ces bals reflètent l’ethos politique de l’une des plus importantes des cités d’Empire de la première modernité. Loin d’être de simples divertissements, ils relevaient des cérémonies du pouvoir qui mettent en scène la cité comme communauté bien gouvernée et participaient de la construction de la légitimité du magistrat. Ainsi, danser dans ce cadre prestigieux n’était pas donné à tous les citoyens. Établi en juillet 1521 par une commission mandatée par le Conseil, un document connu aujourd’hui sous le nom de Tanzstatut recensait méticuleusement les familles et les individus admis aux bals.

Image: le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.
Le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.

Le Tanzstatut se présente sous la forme d’une liste des personnes admises aux bals de l’hôtel de ville, réparties en cinq groupes1. Le premier comprend les 42 familles patriciennes admises aux bals du Rathaussaal en raison de leur appartenance à la classe des nobiles Norimbergenses, parmi lesquels se recrutent exclusivement les membres du Conseil. Un deuxième groupe recense six ehrbare Geschlechter admis aux danses municipales à condition de ne pas exercer un métier relevant de l’artisanat, activité considérée comme déshonorante. Un troisième groupe recense 26 bourgeois mariés à une patricienne et reçus au bal à ce titre, un quatrième des célibataires autorisés à danser en raison de leur ascendance patricienne du côté maternel. Le dernier groupe établit une liste d’individus qui, auparavant admis au bal, en étaient désormais exclus.

Continuer la lecture de « Danse patricienne et harmonie civique »
  1. Six si l’on prend en compte la mention isolée d’un nommé Augustin Dichtel, qui ne sera plus invité formellement au bal, mais qui ne sera pas non plus éconduit s’il se présente au Rathaussaal. Les raisons de cette exception ne sont pas connues. []

Quand voter sauve les âmes

En novembre 1530, la ville d’Ulm choisit la Réforme. Pour justifier sa décision, le Conseil a procédé à une consultation des bourgeois et habitants qui a révélé une majorité très nette en faveur des réformes. Ce vote clôt un processus de plusieurs années: en effet, malgré l’adhésion précoce aux idées réformées par une partie importante de la population, le magistrat s’est longtemps montré soucieux de respecter l’édit de Worms de 1521, par lequel Charles Quint avait interdit la diffusion des idées luthériennes1. Cependant, dès 1527, le Conseil autorisait le mariage des prêtres ou limitait les processions; en 1529, Ulm s’associait aux princes et aux villes à l’origine de la “protestation de Spire”, par laquelle les Stände réformés refusaient de se soumettre à l’interdiction de la nouvelle foi et qui devait donner son nom aux “protestants”.

Image: Vue aérienne d'Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.
Vue aérienne d’Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.

L’exemple d’Ulm met en lumière un aspect du processus de réformation assez peu connu et pourtant essentiel dans de nombreuses régions : le vote sur la foi. En soumettant le choix de religion à l’épreuve des voix, les magistrats montrent qu’ils n’entendent pas traiter la question religieuse à la légère, mais engager tous les outils à leur disposition pour faire un choix juste et éclairé. Or, dans les cités-républiques de l’époque moderne, le recours au vote est au cœur des procédures censées garantir la préservation du Bien commun. Il est indissociable de l’ethos municipal voulant que les libertés de la cité ne soient jamais mieux protégées que par un magistrat composé de citoyens qui décident par eux-mêmes et pour eux-mêmes de la conduite des affaires publiques. À Ulm, à Nuremberg, à Zurich ou encore à Berne, chaque étape vers la Réforme, chaque coup de frein au changement, tout comme la rupture définitive avec l’Église romaine, résultent en réalité d’un vote. C’est d’abord au sein du Conseil de ville, dont on oublie parfois qu’il n’était pas religieusement homogène, que se déroulent ces scrutins. À Zurich, en 1525, le Conseil vote l’interdiction de la messe à une courte majorité la veille de Pâques ; à Berne, les partisans de Zwingli peuvent espérer s’imposer à partir du printemps 1527, suite aux élections qui leur ont donné la majorité au sein du Conseil, et alors que les corporations votent les unes après les autres la suspension des messes dans leurs chapelles. Nul doute que c’est également par un vote que le conseil de Nuremberg décide d’embrasser la nouvelle foi en 1525, après une dispute de religion qui, comme dans plusieurs autres villes qui sautent le pas, légitime théologiquement la décision.

Continuer la lecture de « Quand voter sauve les âmes »
  1. Le terme désigne alors l’ensemble des courants réformateurs et ne distingue donc pas les luthériens des partisans de Zwingli ou des anabaptistes. Les réformés des villes citées dans ce billet sont en premier lieu des adeptes de la doctrine zwinglienne, sauf à Nuremberg, qui suit la voie d’une réforme adossée aux idées de Luther. []

Disputer pour pacifier

Au cours des années 1520, dans les villes suisses et allemandes, la dispute religieuse s’affirme comme un moyen efficace de départager partisans et adversaires de Luther ou de Zwingli. Dans la quasi-totalité des cas répertoriés par Bernd Moeller1 , la conférence débouche sur l’adoption par l’autorité civique des mesures réclamées par les réformateurs, telles que l’abolition de la messe, l’interdiction du culte des saints et de leurs images, la fermeture des monastères. Or, si la dispute joue un rôle crucial dans le succès des réformateurs là où ils parviennent à en obtenir l’organisation, elle révèle aussi la conception que l’autorité civique se fait de ses devoirs et de ses prérogatives en situation de crise confessionnelle.

Image: la dispute organisée à l'hôtel de ville de Zurich le 29 janvier 1523. Vignette tirée de la copie manuscrite de la "Reformationsgeschichte" de Heinrich Bullinger rédigée par Heinrich Thomann en 1605. Zentralbibliothek Zurich, ms. B316, fol. 75vo.
La dispute organisée à l’hôtel de ville de Zurich le 29 janvier 1523. Vignette tirée de la copie manuscrite de la “Reformationsgeschichte” de Heinrich Bullinger rédigée par Heinrich Thomann en 1605. Zentralbibliothek Zurich, ms. B316, fol. 75vo.

Fin janvier 1525, une telle dispute est organisée à Kaufbeuren, ville d’Empire située dans la province d’Oberschwaben. Le Conseil justifie la tenue d’une “discussion amicale et fraternelle” en insistant sur le fait que l’Empereur a confié les clés de la cité au magistrat, allusion au statut de ville immédiate accordé à la cité en 1268 par Rodolphe Ier de Habsbourg. Ce geste symbolique confirmait les libertés et franchises de la cité et faisait de Kaufbeuren un Stand à part entière, vassal direct de l’Empereur. Comme le rappelle le bourgmestre dans son allocution, la remise des clés investissait aussi le Conseil de missions qu’il devait impérativement remplir pour conserver sa légitimité à gouverner: protéger la communauté civique, assurer la paix et garantir la prospérité. Or, dans un édit daté du 15 juillet 1524, l’empereur Charles Quint, hostile aux idées des réformateurs, interdisait explicitement tout débat sur la question religieuse. En organisant la dispute, le Conseil de Kaufbeuren fait donc l’inverse de ce que son suzerain lui commande, tout en se prévalant de ses devoirs envers l’Empereur pour le faire!

Continuer la lecture de « Disputer pour pacifier »
  1. Historien spécialiste de la Réforme, Bernd Moeller est le premier à avoir proposé une étude systématique des disputes religieuses du premier tiers du XVIe siècle. Cf. Zwinglis Disputationen. Studien zur Kirchengründung in den Städten der frühen Reformation, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, réed. []

Les cercles du pouvoir

Réalisé en 1657 par le graveur et peintre Johann Heinrich Schwyzer (1618-1673), le “Miroir perpétuel du Magistrat” ou Immerwährender Regimentsspiegel constitue un fascinant témoignage des valeurs dont se réclame la cité-république de Zurich au XVIIe siècle. L’œuvre combine le modèle du miroir des princes hérité du Moyen Âge avec des éléments de représentation du Bon Gouvernement développés au cours de l’époque moderne pour ériger Zurich en cité idéale dont le régime corporatiste garantit la préservation du Bien commun. Retour sur cet objet exposé aujourd’hui au Musée national suisse (Inv. LM 3611).

Image : Johann Heinrich Schwyzer, Regimentsspiegel aus dem Rathaus Zurich, armoire à deux vantaux, huile sur bois, 244 cm x 225 cm, 1657. Musée national suisse, Zurich, Inv. LM 3611.
Johann Heinrich Schwyzer, Regimentsspiegel aus dem Rathaus Zurich, armoire à deux vantaux, huile sur bois, 244 cm x 225 cm, 1657. Musée national suisse, Zurich, Inv. LM 3611.

Haut de 2,4 m et large de 4,4 m lorsque ses vantaux sont ouverts, le Regimentsspiegel recense acteurs, familles et institutions du gouvernement zurichois depuis 1498. L’œuvre représente les composantes du magistrat sous forme de disques de papier mobiles organisés en cinq cercles concentriques. Sur le disque central figurent les noms et armoiries des bourgmestres et principaux dignitaires de la cité; les disques du premier cercle énumèrent les maîtres de corporations, piliers d’un système politique fondé depuis 1336 sur la domination des guildes. Le deuxième cercle nomme les élus du Petit Conseil, assemblée de 50 membres détenant l’essentiel du pouvoir et dont les acteurs mentionnés sur le disque central sont issus. Le troisième cercle, composé comme le premier de douze disques représentant chacun l’une des corporations de la cité et d’un disque de diamètre légèrement supérieur où figurent les Constaffler issus de l’ancienne noblesse municipale, recense les élus du Grand Conseil, qui choisissent en leur sein les membres du Petit Conseil. Les disques des quatrième et cinquième cercles énumèrent les représentants de l’État dans les bailliages; dans les coins, quelques disques supplémentaires donnent les noms des secrétaires et administrateurs de la cité.

Continuer la lecture de « Les cercles du pouvoir »