Quand voter sauve les âmes

En novembre 1530, la ville d’Ulm choisit la Réforme. Pour justifier sa décision, le Conseil a procédé à une consultation des bourgeois et habitants qui a révélé une majorité très nette en faveur des réformes. Ce vote clôt un processus de plusieurs années: en effet, malgré l’adhésion précoce aux idées réformées par une partie importante de la population, le magistrat s’est longtemps montré soucieux de respecter l’édit de Worms de 1521, par lequel Charles Quint avait interdit la diffusion des idées luthériennes1. Cependant, dès 1527, le Conseil autorisait le mariage des prêtres ou limitait les processions; en 1529, Ulm s’associait aux princes et aux villes à l’origine de la “protestation de Spire”, par laquelle les Stände réformés refusaient de se soumettre à l’interdiction de la nouvelle foi et qui devait donner son nom aux “protestants”.

Image: Vue aérienne d'Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.
Vue aérienne d’Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.

L’exemple d’Ulm met en lumière un aspect du processus de réformation assez peu connu et pourtant essentiel dans de nombreuses régions : le vote sur la foi. En soumettant le choix de religion à l’épreuve des voix, les magistrats montrent qu’ils n’entendent pas traiter la question religieuse à la légère, mais engager tous les outils à leur disposition pour faire un choix juste et éclairé. Or, dans les cités-républiques de l’époque moderne, le recours au vote est au cœur des procédures censées garantir la préservation du Bien commun. Il est indissociable de l’ethos municipal voulant que les libertés de la cité ne soient jamais mieux protégées que par un magistrat composé de citoyens qui décident par eux-mêmes et pour eux-mêmes de la conduite des affaires publiques. À Ulm, à Nuremberg, à Zurich ou encore à Berne, chaque étape vers la Réforme, chaque coup de frein au changement, tout comme la rupture définitive avec l’Église romaine, résultent en réalité d’un vote. C’est d’abord au sein du Conseil de ville, dont on oublie parfois qu’il n’était pas religieusement homogène, que se déroulent ces scrutins. À Zurich, en 1525, le Conseil vote l’interdiction de la messe à une courte majorité la veille de Pâques ; à Berne, les partisans de Zwingli peuvent espérer s’imposer à partir du printemps 1527, suite aux élections qui leur ont donné la majorité au sein du Conseil, et alors que les corporations votent les unes après les autres la suspension des messes dans leurs chapelles. Nul doute que c’est également par un vote que le conseil de Nuremberg décide d’embrasser la nouvelle foi en 1525, après une dispute de religion qui, comme dans plusieurs autres villes qui sautent le pas, légitime théologiquement la décision.

Continuer la lecture de « Quand voter sauve les âmes »
  1. Le terme désigne alors l’ensemble des courants réformateurs et ne distingue donc pas les luthériens des partisans de Zwingli ou des anabaptistes. Les réformés des villes citées dans ce billet sont en premier lieu des adeptes de la doctrine zwinglienne, sauf à Nuremberg, qui suit la voie d’une réforme adossée aux idées de Luther. []

Disputer pour pacifier

Au cours des années 1520, dans les villes suisses et allemandes, la dispute religieuse s’affirme comme un moyen efficace de départager partisans et adversaires de Luther ou de Zwingli. Dans la quasi-totalité des cas répertoriés par Bernd Moeller1 , la conférence débouche sur l’adoption par l’autorité civique des mesures réclamées par les réformateurs, telles que l’abolition de la messe, l’interdiction du culte des saints et de leurs images, la fermeture des monastères. Or, si la dispute joue un rôle crucial dans le succès des réformateurs là où ils parviennent à en obtenir l’organisation, elle révèle aussi la conception que l’autorité civique se fait de ses devoirs et de ses prérogatives en situation de crise confessionnelle.

Image: la dispute organisée à l'hôtel de ville de Zurich le 29 janvier 1523. Vignette tirée de la copie manuscrite de la "Reformationsgeschichte" de Heinrich Bullinger rédigée par Heinrich Thomann en 1605. Zentralbibliothek Zurich, ms. B316, fol. 75vo.
La dispute organisée à l’hôtel de ville de Zurich le 29 janvier 1523. Vignette tirée de la copie manuscrite de la “Reformationsgeschichte” de Heinrich Bullinger rédigée par Heinrich Thomann en 1605. Zentralbibliothek Zurich, ms. B316, fol. 75vo.

Fin janvier 1525, une telle dispute est organisée à Kaufbeuren, ville d’Empire située dans la province d’Oberschwaben. Le Conseil justifie la tenue d’une “discussion amicale et fraternelle” en insistant sur le fait que l’Empereur a confié les clés de la cité au magistrat, allusion au statut de ville immédiate accordé à la cité en 1268 par Rodolphe Ier de Habsbourg. Ce geste symbolique confirmait les libertés et franchises de la cité et faisait de Kaufbeuren un Stand à part entière, vassal direct de l’Empereur. Comme le rappelle le bourgmestre dans son allocution, la remise des clés investissait aussi le Conseil de missions qu’il devait impérativement remplir pour conserver sa légitimité à gouverner: protéger la communauté civique, assurer la paix et garantir la prospérité. Or, dans un édit daté du 15 juillet 1524, l’empereur Charles Quint, hostile aux idées des réformateurs, interdisait explicitement tout débat sur la question religieuse. En organisant la dispute, le Conseil de Kaufbeuren fait donc l’inverse de ce que son suzerain lui commande, tout en se prévalant de ses devoirs envers l’Empereur pour le faire!

Continuer la lecture de « Disputer pour pacifier »
  1. Historien spécialiste de la Réforme, Bernd Moeller est le premier à avoir proposé une étude systématique des disputes religieuses du premier tiers du XVIe siècle. Cf. Zwinglis Disputationen. Studien zur Kirchengründung in den Städten der frühen Reformation, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, réed. []

Justice civique et Juge Suprême

Au XVIe siècle, dans plusieurs villes réformées, l’iconographie du Jugement dernier joue un rôle important dans la mise en scène du Bon Gouvernement. C’est notamment le cas à Berne, cité à la tête d’un des plus puissants cantons de l’Ancienne Confédération helvétique. Au cœur de la ville se dresse l’ancienne collégiale Saint-Vincent, plus connue sous le nom de Münster, érigée entre 1421 et 1573 sur ordre du magistrat afin de souligner la proximité de la cité avec Dieu et narguer les évêques de Lausanne et Constance, dont Berne dépend alors au spirituel. Sur le tympan du portail, un Jugement dernier peint entre 1460 et 1480 par le maître Erhart Küng révèle le rôle de cette iconographie dans les grammaires visuelles destinées à célébrer le Bon Magistrat.

Image: le Jugement dernier, par Erhart Küng, 1460-1480, portail du Münster de Berne. Wikimedia Commons, photo : Mike Lehmann.
Le Jugement dernier, par Erhart Küng, 1460-1480, portail du Münster de Berne. Wikimedia Commons, photo : Mike Lehmann.

À première vue, ce programme iconographique ambitieux paraît incongru dans une cité qui, dès 1528, est devenu l’un des fers de lance de la Réforme helvétique. Les statues et images de saints ont été bannies du territoire bernois et de ses églises suite à l’adoption, au début du mois de février, des préceptes prônés par Ulrich Zwingli; les destructions d’images ont alors été si nombreuses que les débris des seules sculptures de la collégiale ont permis d’achever le remblai construit sur la pente descendant vers la rivière Aar afin d’aménager une large terrasse devant la façade sud de l’église.

Continuer la lecture de « Justice civique et Juge Suprême »