Danse patricienne et harmonie civique

À Nuremberg, au XVIe siècle, patriciens et patriciennes participaient régulièrement aux bals données dans le Rathaussaal, la salle d’apparat de l’hôtel de ville. Ces bals reflètent l’ethos politique de l’une des plus importantes des cités d’Empire de la première modernité. Loin d’être de simples divertissements, ils relevaient des cérémonies du pouvoir qui mettent en scène la cité comme communauté bien gouvernée et participaient de la construction de la légitimité du magistrat. Ainsi, danser dans ce cadre prestigieux n’était pas donné à tous les citoyens. Établi en juillet 1521 par une commission mandatée par le Conseil, un document connu aujourd’hui sous le nom de Tanzstatut recensait méticuleusement les familles et les individus admis aux bals.

Image: le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.
Le Rathaussaal de Nuremberg après la restauration de 1613. Peinture de Paul Juvenell, v. 1622. Wikimedia Commons.

Le Tanzstatut se présente sous la forme d’une liste des personnes admises aux bals de l’hôtel de ville, réparties en cinq groupes1. Le premier comprend les 42 familles patriciennes admises aux bals du Rathaussaal en raison de leur appartenance à la classe des nobiles Norimbergenses, parmi lesquels se recrutent exclusivement les membres du Conseil. Un deuxième groupe recense six ehrbare Geschlechter admis aux danses municipales à condition de ne pas exercer un métier relevant de l’artisanat, activité considérée comme déshonorante. Un troisième groupe recense 26 bourgeois mariés à une patricienne et reçus au bal à ce titre, un quatrième des célibataires autorisés à danser en raison de leur ascendance patricienne du côté maternel. Le dernier groupe établit une liste d’individus qui, auparavant admis au bal, en étaient désormais exclus.

Continuer la lecture de « Danse patricienne et harmonie civique »
  1. Six si l’on prend en compte la mention isolée d’un nommé Augustin Dichtel, qui ne sera plus invité formellement au bal, mais qui ne sera pas non plus éconduit s’il se présente au Rathaussaal. Les raisons de cette exception ne sont pas connues. []

Justice civique et Juge Suprême

Au XVIe siècle, dans plusieurs villes réformées, l’iconographie du Jugement dernier joue un rôle important dans la mise en scène du Bon Gouvernement. C’est notamment le cas à Berne, cité à la tête d’un des plus puissants cantons de l’Ancienne Confédération helvétique. Au cœur de la ville se dresse l’ancienne collégiale Saint-Vincent, plus connue sous le nom de Münster, érigée entre 1421 et 1573 sur ordre du magistrat afin de souligner la proximité de la cité avec Dieu et narguer les évêques de Lausanne et Constance, dont Berne dépend alors au spirituel. Sur le tympan du portail, un Jugement dernier peint entre 1460 et 1480 par le maître Erhart Küng révèle le rôle de cette iconographie dans les grammaires visuelles destinées à célébrer le Bon Magistrat.

Image: le Jugement dernier, par Erhart Küng, 1460-1480, portail du Münster de Berne. Wikimedia Commons, photo : Mike Lehmann.
Le Jugement dernier, par Erhart Küng, 1460-1480, portail du Münster de Berne. Wikimedia Commons, photo : Mike Lehmann.

À première vue, ce programme iconographique ambitieux paraît incongru dans une cité qui, dès 1528, est devenu l’un des fers de lance de la Réforme helvétique. Les statues et images de saints ont été bannies du territoire bernois et de ses églises suite à l’adoption, au début du mois de février, des préceptes prônés par Ulrich Zwingli; les destructions d’images ont alors été si nombreuses que les débris des seules sculptures de la collégiale ont permis d’achever le remblai construit sur la pente descendant vers la rivière Aar afin d’aménager une large terrasse devant la façade sud de l’église.

Continuer la lecture de « Justice civique et Juge Suprême »