Justice civique et Juge Suprême

Au XVIe siècle, dans plusieurs villes réformées, l’iconographie du Jugement dernier joue un rôle important dans la mise en scène du Bon Gouvernement. C’est notamment le cas à Berne, cité à la tête d’un des plus puissants cantons de l’Ancienne Confédération helvétique. Au cœur de la ville se dresse l’ancienne collégiale Saint-Vincent, plus connue sous le nom de Münster, érigée entre 1421 et 1573 sur ordre du magistrat afin de souligner la proximité de la cité avec Dieu et narguer les évêques de Lausanne et Constance, dont Berne dépend alors au spirituel. Sur le tympan du portail, un Jugement dernier peint entre 1460 et 1480 par le maître Erhart Küng révèle le rôle de cette iconographie dans les grammaires visuelles destinées à célébrer le Bon Magistrat.

Image: le Jugement dernier, par Erhart Küng, 1460-1480, portail du Münster de Berne. Wikimedia Commons, photo : Mike Lehmann.
Le Jugement dernier, par Erhart Küng, 1460-1480, portail du Münster de Berne. Wikimedia Commons, photo : Mike Lehmann.

À première vue, ce programme iconographique ambitieux paraît incongru dans une cité qui, dès 1528, est devenu l’un des fers de lance de la Réforme helvétique. Les statues et images de saints ont été bannies du territoire bernois et de ses églises suite à l’adoption, au début du mois de février, des préceptes prônés par Ulrich Zwingli; les destructions d’images ont alors été si nombreuses que les débris des seules sculptures de la collégiale ont permis d’achever le remblai construit sur la pente descendant vers la rivière Aar afin d’aménager une large terrasse devant la façade sud de l’église.

Continuer la lecture de « Justice civique et Juge Suprême »

Folding@Home vs. Covid19

Face à la pandémie provoquée par le nouveau coronavirus, les chercheurs et chercheuses en sciences humaines peuvent se sentir particulièrement démunis. Comment participer à l’effort commun contre le Covid19 quand on n’est ni virologue, ni infectiologue et encore moins membre du personnel soignant? Le projet Folding@Home permet d’apporter une contribution d’apparence modeste mais en réalité très efficace à l’effort commun, même si on confond virus et bactéries en temps normal.

Folding@Home est un projet collaboratif basé à la Washington University School of Medicine in St. Louis. Son objectif est de lutter contre diverses maladies en mettant à contribution les ressources informatiques des particuliers pour constituer un supercalculateur virtuel capable de modéliser le fonctionnement des protéines actives dans ces maladies. Cette modélisation suppose de traiter des masses de données que ne peuvent en principe maîtriser que les supercalculateurs comme le Summit du Oak Ridge National Laboratory fabriqué par IBM.

Participer au projet Folding@Home est très simple: il suffit d’installer sur votre ordinateur le programme disponible sur cette page. Ce logiciel, qui tourne en arrière-plan, n’a pas d’impact sensible sur les performances de votre poste de travail. Ainsi équipé, votre ordinateur devient un composant du supercalculateur virtuel de Folding@Home et, comme des milliers d’autres, en augmente la puissance de calcul. Vous apportez ainsi votre contribution à la recherche sur le Covid19 et participez aux efforts visant à découvrir de potentiels remèdes.

Les cercles du pouvoir

Réalisé en 1657 par le graveur et peintre Johann Heinrich Schwyzer (1618-1673), le “Miroir perpétuel du Magistrat” ou Immerwährender Regimentsspiegel constitue un fascinant témoignage des valeurs dont se réclame la cité-république de Zurich au XVIIe siècle. L’œuvre combine le modèle du miroir des princes hérité du Moyen Âge avec des éléments de représentation du Bon Gouvernement développés au cours de l’époque moderne pour ériger Zurich en cité idéale dont le régime corporatiste garantit la préservation du Bien commun. Retour sur cet objet exposé aujourd’hui au Musée national suisse (Inv. LM 3611).

Image : Johann Heinrich Schwyzer, Regimentsspiegel aus dem Rathaus Zurich, armoire à deux vantaux, huile sur bois, 244 cm x 225 cm, 1657. Musée national suisse, Zurich, Inv. LM 3611.
Johann Heinrich Schwyzer, Regimentsspiegel aus dem Rathaus Zurich, armoire à deux vantaux, huile sur bois, 244 cm x 225 cm, 1657. Musée national suisse, Zurich, Inv. LM 3611.

Haut de 2,4 m et large de 4,4 m lorsque ses vantaux sont ouverts, le Regimentsspiegel recense acteurs, familles et institutions du gouvernement zurichois depuis 1498. L’œuvre représente les composantes du magistrat sous forme de disques de papier mobiles organisés en cinq cercles concentriques. Sur le disque central figurent les noms et armoiries des bourgmestres et principaux dignitaires de la cité; les disques du premier cercle énumèrent les maîtres de corporations, piliers d’un système politique fondé depuis 1336 sur la domination des guildes. Le deuxième cercle nomme les élus du Petit Conseil, assemblée de 50 membres détenant l’essentiel du pouvoir et dont les acteurs mentionnés sur le disque central sont issus. Le troisième cercle, composé comme le premier de douze disques représentant chacun l’une des corporations de la cité et d’un disque de diamètre légèrement supérieur où figurent les Constaffler issus de l’ancienne noblesse municipale, recense les élus du Grand Conseil, qui choisissent en leur sein les membres du Petit Conseil. Les disques des quatrième et cinquième cercles énumèrent les représentants de l’État dans les bailliages; dans les coins, quelques disques supplémentaires donnent les noms des secrétaires et administrateurs de la cité.

Continuer la lecture de « Les cercles du pouvoir »