Disputer pour pacifier

Au cours des années 1520, dans les villes suisses et allemandes, la dispute religieuse s’affirme comme un moyen efficace de départager partisans et adversaires de Luther ou de Zwingli. Dans la quasi-totalité des cas répertoriés par Bernd Moeller1 , la conférence débouche sur l’adoption par l’autorité civique des mesures réclamées par les réformateurs, telles que l’abolition de la messe, l’interdiction du culte des saints et de leurs images, la fermeture des monastères. Or, si la dispute joue un rôle crucial dans le succès des réformateurs là où ils parviennent à en obtenir l’organisation, elle révèle aussi la conception que l’autorité civique se fait de ses devoirs et de ses prérogatives en situation de crise confessionnelle.

Image: la dispute organisée à l'hôtel de ville de Zurich le 29 janvier 1523. Vignette tirée de la copie manuscrite de la "Reformationsgeschichte" de Heinrich Bullinger rédigée par Heinrich Thomann en 1605. Zentralbibliothek Zurich, ms. B316, fol. 75vo.
La dispute organisée à l’hôtel de ville de Zurich le 29 janvier 1523. Vignette tirée de la copie manuscrite de la “Reformationsgeschichte” de Heinrich Bullinger rédigée par Heinrich Thomann en 1605. Zentralbibliothek Zurich, ms. B316, fol. 75vo.

Fin janvier 1525, une telle dispute est organisée à Kaufbeuren, ville d’Empire située dans la province d’Oberschwaben. Le Conseil justifie la tenue d’une “discussion amicale et fraternelle” en insistant sur le fait que l’Empereur a confié les clés de la cité au magistrat, allusion au statut de ville immédiate accordé à la cité en 1268 par Rodolphe Ier de Habsbourg. Ce geste symbolique confirmait les libertés et franchises de la cité et faisait de Kaufbeuren un Stand à part entière, vassal direct de l’Empereur. Comme le rappelle le bourgmestre dans son allocution, la remise des clés investissait aussi le Conseil de missions qu’il devait impérativement remplir pour conserver sa légitimité à gouverner: protéger la communauté civique, assurer la paix et garantir la prospérité. Or, dans un édit daté du 15 juillet 1524, l’empereur Charles Quint, hostile aux idées des réformateurs, interdisait explicitement tout débat sur la question religieuse. En organisant la dispute, le Conseil de Kaufbeuren fait donc l’inverse de ce que son suzerain lui commande, tout en se prévalant de ses devoirs envers l’Empereur pour le faire!

Continuer la lecture de « Disputer pour pacifier »
  1. Historien spécialiste de la Réforme, Bernd Moeller est le premier à avoir proposé une étude systématique des disputes religieuses du premier tiers du XVIe siècle. Cf. Zwinglis Disputationen. Studien zur Kirchengründung in den Städten der frühen Reformation, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, réed. []