Dans l’œil du crocodile

Les Nîmois et Nîmoises le connaissent bien, les touristes s’étonnent quelque peu de sa présence en ces latitudes: depuis le début du XVIe siècle, crocodylus nemausensis a fait sienne la ville de Nîmes. Il s’affirme fièrement sur le blason de la cité, tout de sinople et d’or sur fond de gueules; à travers le logo dessiné en 1985 par Philippe Starck, il rythme l’espace urbain; installé sur un rocher de la fontaine sise place du Marché, il invite passants et passantes à frotter son museau – cela porterait-il bonheur? Et suspendus au ciel du grand escalier de l’hôtel de ville, quatre sauriens semblent converser autour du lustre central tout en observant citoyens, édiles et visiteurs qui montent et descendent les marches.

Image: le crocodile de la fontaine imaginée par Martial Raysse pour la place du Marché, à Nîmes. Photo: Adobe Stock.
Le crocodile de la fontaine imaginée par Martial Raysse pour la place du Marché, à Nîmes. Photo: Adobe Stock.

Cette omniprésence reptilienne trouve ses origines dans la découverte, au début du XVIe siècle, du fameux “dupondius de Nîmes”, qui commémore la victoire d’Octave sur Marc Antoine et Cléopâtre lors de la bataille d’Actium (31 av. Jésus-Christ). Son avers arbore les effigies d’Octave Auguste et du général Agrippa, artisan de nombreuses victoires pour le camp d’Octave lors de la guerre civile; le revers est orné d’un crocodile attaché à une palme représentant l’Égypte vaincue. Le sigle COL. NEM. (pour Colonia Nemausensis) renvoie au nom de la cité où la monnaie a été frappée vers 28/27 av. J.-C. et dont la fondation a longtemps été attribuée à des vétérans de la fameuse campagne d’Égypte.

Continuer la lecture de « Dans l’œil du crocodile »