Mise à jour de le section “Axes de réflexion”

La section du carnet décrivant les axes de réflexion du projet “Les miroirs du magistrat” a été refondue complètement afin de refléter l’état actuel de l’avancée des travaux. Elle présente désormais les quatre chapitres qui structureront le livre à venir ainsi que les terrains retenus pour l’enquête.

Quand voter sauve les âmes

En novembre 1530, la ville d’Ulm choisit la Réforme. Pour justifier sa décision, le Conseil a procédé à une consultation des bourgeois et habitants qui a révélé une majorité très nette en faveur des réformes. Ce vote clôt un processus de plusieurs années: en effet, malgré l’adhésion précoce aux idées réformées par une partie importante de la population, le magistrat s’est longtemps montré soucieux de respecter l’édit de Worms de 1521, par lequel Charles Quint avait interdit la diffusion des idées luthériennes1. Cependant, dès 1527, le Conseil autorisait le mariage des prêtres ou limitait les processions; en 1529, Ulm s’associait aux princes et aux villes à l’origine de la “protestation de Spire”, par laquelle les Stände réformés refusaient de se soumettre à l’interdiction de la nouvelle foi et qui devait donner son nom aux “protestants”.

Image: Vue aérienne d'Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.
Vue aérienne d’Ulm, aquarelle de Philipp Renlin, 1597, Museum Ulm. Wikimedia Commons.

L’exemple d’Ulm met en lumière un aspect du processus de réformation assez peu connu et pourtant essentiel dans de nombreuses régions : le vote sur la foi. En soumettant le choix de religion à l’épreuve des voix, les magistrats montrent qu’ils n’entendent pas traiter la question religieuse à la légère, mais engager tous les outils à leur disposition pour faire un choix juste et éclairé. Or, dans les cités-républiques de l’époque moderne, le recours au vote est au cœur des procédures censées garantir la préservation du Bien commun. Il est indissociable de l’ethos municipal voulant que les libertés de la cité ne soient jamais mieux protégées que par un magistrat composé de citoyens qui décident par eux-mêmes et pour eux-mêmes de la conduite des affaires publiques. À Ulm, à Nuremberg, à Zurich ou encore à Berne, chaque étape vers la Réforme, chaque coup de frein au changement, tout comme la rupture définitive avec l’Église romaine, résultent en réalité d’un vote. C’est d’abord au sein du Conseil de ville, dont on oublie parfois qu’il n’était pas religieusement homogène, que se déroulent ces scrutins. À Zurich, en 1525, le Conseil vote l’interdiction de la messe à une courte majorité la veille de Pâques ; à Berne, les partisans de Zwingli peuvent espérer s’imposer à partir du printemps 1527, suite aux élections qui leur ont donné la majorité au sein du Conseil, et alors que les corporations votent les unes après les autres la suspension des messes dans leurs chapelles. Nul doute que c’est également par un vote que le conseil de Nuremberg décide d’embrasser la nouvelle foi en 1525, après une dispute de religion qui, comme dans plusieurs autres villes qui sautent le pas, légitime théologiquement la décision.

Continuer la lecture de « Quand voter sauve les âmes »
  1. Le terme désigne alors l’ensemble des courants réformateurs et ne distingue donc pas les luthériens des partisans de Zwingli ou des anabaptistes. Les réformés des villes citées dans ce billet sont en premier lieu des adeptes de la doctrine zwinglienne, sauf à Nuremberg, qui suit la voie d’une réforme adossée aux idées de Luther. []